Sur les lectures ouvrières au XIXè : Proudhon et les Bibliothèques Populaires

Un Billet d’Olivier Chaïbi sur le Carnet de recherche :

 

Les Apôtres de l’Humanité. Proudhon : estampe de Gustave Lesestre et paroles d’Eugène Baillet (BnF/ Gallica)

La diffusion et la réception d’une pensée sont toujours difficiles à saisir. Celle de Proudhon ne peut évidemment pas échapper à cette difficulté, tant son auteur a varié les modes d’expression à destination de publics divers selon le contexte et le mode de publication. Si les lectorats au XIXe sont étudiés depuis plusieurs décennies, il est plus problématique de cerner les lectorats socialistes. D’abord à cause de la censure à laquelle leurs auteurs ont été soumis, rendant leur lecture illégale ; mais aussi pour des raisons idéologiques, notamment la volonté d’exagérer ou minorer leur portée, qui plus est auprès de la classe ouvrière.

Vous pouvez lire l’intégralité du billet
en cliquant  ICI

Les commentaires sont fermés.