Soirée de mai 2007 : Onésime et Élisée Reclus : La langue chinoise

Alain LUCAS

présente

Onésime et Élisée Reclus : La langue chinoise

ecriture chinoise

Onésime et Élisée Reclus ont publié en 12902 un ouvrage intitulé L’Empire du milieu, le climat, le sol, les races, les richesses de la Chine. Alain Lucas braque le projecteur sur la douzaine de pages consacrées à la langue chinoise. Il analyse les appréciations dont celle-ci a été l’objet par les Occidentaux. Considérée comme potentielle langue mythique originelle, elle n’a connu ensuite qu’une dévaluation progressive. Tout en fournissant à son auditoire quelques clés de construction d’une langue et d’une écriture échappant à nos modes d’expression, le conférencier explique comment, dans quelle mesure et pourquoi les frères Reclus ont repris certaines idées reçues, mais aussi comment leur conclusion s’en démarque. La discussion suivant l’exposé s’appuyant sur une commentaire de documents apportés par Alain Lucas n’a pas été reprise ici.
SL 149

Le  17 mai 2007

Alain LUCAS

Ingénieur d’études à l’EHESS. Il a été, de1991 à 2001, un des deux éditeurs responsables des Cahiers de linguistique d’Asie orientale, après avoir été membre de son comité de rédaction, dès la création de la revue. En tant que responsable de la bibliothèque du CRLAO, Alain Lucas a constitué un fonds très riche pour ce qui concerne les langues de la Chine. Chef de projet auprès de l’ISO et de l’AFNOR pour les problèmes de romanisation des langues à écritures non-latines, il a défini les principes et contribué à la publication de normes de romanisation internationale pour le chinois, le japonais et le coréen. Auteur de deux importantes bibliographies, l’une de linguistique chinoise et l’autre de linguistique coréenne.

Pour écouter l’enregistrement de la soirée de lecture 

Licence Creative Commons
Onésime et Élisée Reclus : La langue chinoise de Alain Lucas est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 4.0 International.

Les commentaires sont fermés.